Internet et le plagiat : ce que vous devez savoir | Agence en référencement web et médias sociaux de Quebec

Blogue en référencement web (SEO), médias sociaux et marketing internet

Internet et le plagiat

Il ne se passe pas une semaine sans que l’on entende parler de plagiat. Plagiat à l’université par des étudiants qui font du copier-coller intégral de pages web pour leurs travaux. Plagiat de mélodie ou de paroles d’une chanson. Plagiat d’un article professionnel ou d’une revue de presse d’un grand quotidien publié sur le web et reproduit quasi intégralement. Entre nous, cela fait beaucoup de plagiats potentiels!

DÉFINITION DU PLAGIAT

Le dictionnaire Larousse définit le plagiat comme suit : « Acte de quelqu’un qui, dans le domaine artistique ou littéraire, donne pour sien ce qu’il a pris à l’œuvre d’un autre », « ce qui est emprunté, copié, démarqué ». Comme plusieurs experts l’affirment, pour éviter d’être accusé de plagiat, voici deux conseils de base : il faut systématiquement nommer ses sources de référence et toujours citer « entre guillemets » les paroles d’une autre personne, qu’elles soient à l’oral ou à l’écrit. Deux précautions de base auxquelles il faut inconditionnellement se soumettre.

LA LOI SUR LE DROIT D’AUTEUR

Il faut surtout savoir que la Loi sur le droit d’auteur, L.R.C. (1985), ch. C-42, relève du ministère de la Justice du gouvernement canadien. La dernière modification de cette loi a été faite en juin 2015 et elle a été mise à jour le 12 avril 2016. Elle comporte des dizaines d’articles sur la violation du droit d’auteur, sur les recours légaux possibles, civils et criminels. Il est fortement conseillé à quiconque est accusé d’une telle violation du droit d’auteur d’avoir recours à un avocat spécialisé en la matière pour se défendre. Au Québec, il est question du droit d’auteur dans le Code civil.

LOGICIELS ANTIPLAGIAT

Il est facile pour certains professeurs expérimentés, directeurs de projet ou patrons de savoir que le style utilisé par son élève ou son employé n’est pas du tout le même, qu’il utilise des mots ou des expressions qui ne sont pas les siens. Une bonne discussion peut parfois élucider la question et permettre au plagiaire présumé de s’expliquer. Plusieurs moteurs de recherche et logiciels peuvent aussi aider quiconque cherche à savoir si tel passage ou tel document a été plagié. Il faut être très prudent avant d’accuser quiconque de plagiat.

• Google est le moteur de recherche le plus utilisé pour s’informer. Il est donc facile juste en tapant le nom du sujet recherché de retrouver les pages web utilisées en référence, celles-ci ayant souvent été utilisées comme source d’informations générales.

• AntiPlag.com est surtout utilisé par des enseignants qui désirent vérifier les travaux de leurs étudiants.

• VIPER est un détecteur de plagiat gratuit qui permet de comparer 2 millions de travaux universitaires, 14 milliards de pages web et des milliers de publications (revues, livres électroniques, journaux et magazines).

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Tags

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*